Depuis près de 50 ans au service de votre santé !

Les Puces


Puce adulte

Tout savoir, ou presque, sur ces parasites pour aider nos animaux de compagnie à ne plus en être infestés.

Introduction :

En Belgique, près de 4 millions de chats et chiens sont recensés. Si nos amis à quatre pattes sont nombreux et ont un rôle social indiscutable, ils peuvent être vecteurs de maladies ou de désagréments liés entre autres aux puces, qui sont des insectes, et aux tiques, qui sont des acariens.

Les puces sont des insectes de 1 à 3 mm, caractérisés par leurs pièces buccales constituées d’un appareil piqueur-suceur ainsi que par leurs capacités à faire des bonds de plus de 30 cm de haut et 50 cm de long !

Les puces sont des ectoparasites, càd des parasites externes, qui infestent les mammifères et certains oiseaux. Elles vivent du sang de leurs porteurs.

Lorsqu’elle pique, la puce injecte de la salive qui peut être à l’origine d’allergies : c’est la dermatiteallergique aux piqûres de puces ou “DAPP“.  Elle s’exprime par l’apparition de papules, de gourmes, de croûtes…

A noter que les chats, plus soucieux de leur propreté que les chiens en général, se lèchent pour se laver et provoquent ou entretiennent de cette manière les lésions de la peau.

On peut bien évidemment trouver les puces dans les logements et autres lieux publics sous certaines de leurs formes larvaires. Plus de 2.500 espèces de puces différentes ont été répertoriées !

Cycle de la puce :

Pour une éradication complète des puces, il est nécessaire d’en comprendre le cycle de reproduction :

Lorsqu’une jeune puce saute sur un animal, sur lequel elle restera toute sa vie, elle le pique très rapidement pour se nourrir de sang.

Une puce peut vivre jusqu’à 3 mois et pond de 20 à 50 œufs par jour. Ces œufs tombent de l’animal lorsque ce dernier se déplace ou se repose. On trouve donc des œufs de puces partout où l’animal est passé, avec des concentrations plus élevées dans les endroits qu’il préfère, comme par exemple ses lieux de couchage.

Dès l’éclosion, les larves de puce fuient la lumière et l’ensoleillement direct. Elles ont besoin d’humidité pour se développer.  Elles se déplacent pour s’enfouir profondément dans les fibres de tapis, moquettes, sous les plinthes, dans les interstices du sol. Dans les jardins, elles se réfugient sous des débris, les herbes, les feuilles mortes ou s’enfouissent dans la terre meuble.

Après 7 à 10 jours, les larves confectionnent des cocons et se transforment en pupes. Une puce pré-adulte se développe dans le cocon qui la protège s’il fait froid et sec. Ces cocons, qui se trouvent enfouis dans les tapis, les fauteuils, … peuvent ainsi rester en attente d’éclosion pendant plusieurs mois !

Dans son cocon, la jeune puce détecte en quelques secondes l’arrivée d’un être vivant par les vibrations que celui-ci provoque, ainsi que les variations de pression atmosphérique, de luminosité et de température. La jeune puce émerge alors de son cocon pour envahir son hôte.

On constate que les puces sont majoritairement présentes sous leurs formes œufs-larves-cocons dans l’environnement de l’animal. Il est donc capital d’agir en traitant l’animal de manière préventive toute l’année et d’envisager des actions collatérales.

Comment déterminer la présence de puces ?

Le diagnostic n’est pas toujours facile car les puces se déplacent rapidement dans le pelage. En recherchant les puces avec les doigts, on observe moins de 20 % des adultes réellement présents. Et si l’infestation n’est pas très importante, il est même possible de ne pas les voir. De plus, lors de sa toilette, le chat avale de nombreuses puces, ce qui réduit encore leur nombre. Le grattage, ou un léchage excessif, peuvent être les seuls signes d’infestation de l’animal.

Pour dépister la présence de puces, un examen attentif avec un « peigne à puces » est donc nécessaire. Il faut peigner l’animal méthodiquement sur une surface propre et blanche comme une feuille de papier. Une fois les « débris » récoltés dans le pelage déposés sur la feuille, on humidifie le papier. Si des auréoles rougeâtres se développent autour de certains débris, cela signifie qu’ils sont constitués de sang. Ce sont donc des excréments de puces. L’animal est donc malheureusement infesté !

Comment agir pour essayer d’éradiquer les puces ?

Un mot important à retenir : PATIENCE !

Comme expliqué ci-dessus, la forme “cocon” de la puce peut, si les conditions d’éclosion ne sont pas optimales, rester en vie de très longs mois avant d’éclore. Différentes actions sont donc absolument obligatoires pour éradiquer ces parasites en plus d’un traitement préventif chronique que nous vous proposerons à la pharmacie en fonction de différents critères qui doivent être discutés avec vous.

En plus de tout mettre en œuvre pour éviter l’infestation de l’habitat par les œufs et larves en appliquant un produit approprié sur l’animal, il faut :

– Traiter tous les animaux du foyer en même temps, afin d’éliminer les puces adultes les parasitant.

Nettoyer les lieux de vie de l’animal par des mesures physiques et chimiques.

➡️ Il faut passer l’aspirateur, ou mieux un combiné à vapeur chaude, partout dans la maison, en insistant sur les tapis. Une attention particulière est portée aux lieux de repos, bacs, coussins et aux endroits sombres. L’aspirateur retire un certain nombre d’œufs de puces et de larves. Il stimule aussi l’éclosion des puces pré-adultes. Les cocons sont très résistants aux traitements, il faut donc réaliser ce cycle de nettoyage/traitement une fois par semaine minimum pour espérer éliminer ces parasites. Souvent, on n’y parvient pas complètement. A l’extérieur, les zones de végétation abondantes à proximité de l’habitation, qui offrent un environnement protégé de l’éclairage direct de la lumière du soleil, doivent être tondues ou coupées. Les feuilles et les matières organiques qui couvrent le sol doivent être retirées de façon à permettre à celui-ci de sécher.

En cas d’infestation massive, il est impératif de traiter directement l’environnement avec des produits insecticides adaptés que nous vous conseillerons en fonction de la disposition des pièces de votre logement.

IMPORTANT :

–   les traitements anti-puces et anti-tiques sont à appliquer toute l’année sur vos animaux de compagnie, même en hiver, pour casser le cycle de reproduction et de développement

–   un traitement contre les puces pour chien ne doit pas être utilisé pour un chat. Certaines molécules, dont les dérivés de pyrèthre sont mortelles pour le chat !

–   Lors du traitement global par insecticide des habitations infestées, il est important de bien aérer les pièces après 4 heures d’imprégnation

– Attention, les animaux à sang froid, poissons et autres reptiles ne peuvent être en contact avec les produits insecticides sous peine de mort rapide…

–   il est également important de traiter simultanément contre les vers et autres parasites internes vos amis à quatre pattes car les œufs de certains ténias sont véhiculés par les puces.

 

📍

Nous sommes à votre disposition pour vous aider à gérer au mieux cette problématique  puces-tiques, n’hésitez pas à nous rendre visite.

Nous vous conseillerons le produit en vente libre le plus approprié, pipette ou collier … en fonction de votre animal.